Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/446

Cette page n’a pas encore été corrigée
430
DE L’ESPRIT DES LOIS.

On voit dans le code des Bourguignons [1], que chaque Barbare fut placé chez chaque Romain. Le partage ne fut donc pas général ; mais le nombre des Romains qui donnèrent le partage, fut égal à celui des Bourguignons qui le reçurent. Le Romain fut lésé le moins qu’il fut possible [2]. Le Bourguignon, guerrier, chasseur et pasteur, ne dédaignoit pas de prendre des friches ; le Romain gardoit les terres les plus propres à la culture ; les troupeaux du Bourguignon engraissoient le champ du Romain [3].

  1. Et dans celui des Wisigoths. (M.)
  2. On n’a aucune preuve de cette douceur germanique.
  3. On ne voit pas où l’auteur a pris que les Bourguignons étaient un peuple de pasteurs. Socrate, Hist. eccl., VII, 20, nous dit que la plupart des Bourguignons étaient maçons, forgerons et charpentiers. Orose, VII, 28 nous montre les Barbares devenus des cultivateurs intrépides après la conquête.
    _____________