Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/296

Cette page n’a pas encore été corrigée
280
DE L’ESPRIT DES LOIS.


riale et une espèce de privilège. Il y a apparence que c’est l'ignorance de l’écriture qui fit tomber en Espagne les lois wisigothes [1]. Et par la chute de tant de lois, il se forma partout des coutumes.

Les lois personnelles tombèrent. Les compositions et ce que l'on appeloit freda [2] se réglèrent plus par la coutume que par le texte de ces lois. Ainsi, comme dans l’établissement de la monarchie on avoit passé des usages des Germains à des lois écrites ; on revint, quelques siècles après, des lois écrites à des usages non écrits.

  1. C’est une erreur ; les lois wisigothes n’ont point péri en Espagne. V. sup., ch. I, dernière note.
  2. J’en parlerai ailleurs. (M.) Inf. XXX, XIV.
    _____________