Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/274

Cette page n’a pas encore été corrigée
258
DE L’ESPRIT DES LOIS.


paroissent assez judicieuses ; celles de Rotharis et des autres princes lombards, le sont encore plus [1]. Mais les lois des Wisigoths, celles de Recessuinde, de Chaindasuinde et d’Egiga, sont puériles, gauches, idiotes ; elles n’atteignent point le but ; pleines de rhétorique, et vides de sens, frivoles dans le fonds, et gigantesques dans le style [2].

  1. Inf. XXX, XIX.
  2. L’auteur est sévère pour les lois des Wisigoths. On dirait qu'il a confondu certaines préfaces ampoulées, avec les lois mêmes qui n’ont rien que de sage. N’est-il pas remarquable que ces lois, traduites en espagnol sous le nom de Fuero Juxgo (Forum judicum) aient traversé tout le moyen âge, et qu’elles soient encore aujourd’hui le fond du droit espagnol ? Quelle est donc parmi les autres lois barbares, celle qui a vécu, ou qui a mérité de vivre aussi longtemps ?
    _____________