Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/228

Cette page n’a pas encore été corrigée
212
DE L’ESPRIT DES LOIS.


sur le discours de l’empereur Marc-Antonin, les déclara nuls ; il n’y eut plus [1] ; de mariage, de femme, de dot, de mari. La loi civile se détermine selon les circonstances : quelquefois elle est plus attentive à réparer le mal, quelquefois à le prévenir.

  1. Voyez la loi 16, ff. De ritu nuptiarum ; et la loi 3, § 1, aussi au Digeste, De donationsbus inter virum et uxorum. (M.)
    _____________