Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/211

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE V.


CAS OU L'ON PEUT JUGER
PAR LES PRINCIPES DU DROIT CIVIL, EN MODIFIANT
LES PRINCIPES DU DROIT NATUREL.


Une loi d’Athènes obligeoit [1] les enfants de nourrir leurs pères tombés dans l’indigence ; elle exceptoit ceux qui étoient nés [2] d’une courtisane, ceux dont le père avoit exposé la pudicité par un trafic infâme, ceux à qui [3] il n’avoit point donné de métier pour gagner leur vie.

La loi considéroit que, dans le premier cas, le père se trouvant incertain, il avoit rendu précaire son obligation naturelle ; que, dans le second, il avoit flétri la vie qu’il avoit donnée, et que le plus grand mal qu’il pût faire à ses enfants, il l’avoit fait, en les privant de leur caractère [4] ; que, dans le troisième, il leur avoit rendu insupportable une vie qu’ils trouvoient tant de difficulté à soutenir [5]. La loi n’envisageoit plus le père et le fils que comme deux citoyens, ne statuoit plus que sur des vues politiques et

  1. Sous peine d'infamie ; une autre, sous peine de prison. (M.)
  2. Plutarque, Vie de Solon. (M.)
  3. Plutarque, Vie de Solon ; et Gallien, in Exhort, ad Art, cap. VIII. (M.)
  4. C'est-à-dire de leur honneur.
  5. A. Une vie qu'ils n'ayoient aucun moyen de soutenir. La loi suspendoit l'obligation naturelle des enfants, parce que le père avoit violé la sienne ; elle n’envisageoit plus, etc.