Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/171

Cette page n’a pas encore été corrigée
155
LIVRE XXIV, CHAP. XXV.


à un tiers [1] ; on sait d’ailleurs que le défaut de transpiration forme ou aigrit les maladies de la peau : la nourriture du cochon doit donc être défendue dans les climats où l’on est sujet à ces maladies, comme celui de la Palestine, de l’Arabie, de l’Égypte et de la Libye.

  1. Sect. III, aphor. 23. (M.)
    _____________