Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/163

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XX.


CONTINUATION DU MÊME SUJET.


Les livres [1] sacrés des anciens Perses disoient : « Si vous voulez être saint, instruisez vos enfants, parce que toutes les bonnes actions qu ils feront vous seront imputées. » Ils conseilloient de se marier de bonne heure ; parce que les enfants seroient comme un pont au jour du jugement, et que ceux qui n’auroient point d’enfants ne pourroient pas passer. Ces dogmes étoient faux, mais ils étoient très-utiles [2].

  1. M. Hyde. De Religione veterum Persarum, in Sad-der. (M.)
  2. Ces préceptes ne sont point des dogmes au sens propre du mot ; ce sont d’excellentes maximes de morale qu’on retrouve dans la plupart des religions.
    _____________