Ouvrir le menu principal

Page:Montesquieu - Œuvres complètes, éd. Laboulaye, t5.djvu/113

Cette page n’a pas encore été corrigée


97
LIVRE XXIII, CHAP. XXI.


Tibère, on fut obligé de modifier [1] ces lois, que Néron diminua les récompenses des [2] délateurs au fisc, que Trajan [3] arrêta leur brigandage, que Sévère [4] modifia ces lois, et que les jurisconsultes les regardèrent comme odieuses, et, dans leurs décisions, en abandonnèrent la rigueur.

D’ailleurs les empereurs énervèrent ces lois [5], par les privilèges qu’ils donnèrent des droits de maris, d’enfants, et de trois enfants. Ils firent plus : ils dispensèrent les particuliers [6] des peines de ces lois. Mais des règles établies pour l’utilité publique sembloient ne devoir point admettre de dispense.

Il avoit été raisonnable d’accorder le droit d’enfants aux Vestales [7], que la religion retenoit dans une virginité nécessaire : on donna [8] de même le privilège des maris aux soldats, parce qu’ils ne pouvoient se marier. C’étoit la coutume d’exempter les empereurs de la gêne de certaines lois civiles. Ainsi Auguste fut exempté de la gêne de la loi, qui limitoit la faculté [9] d’affranchir, et de celle qui bornoit

  1. Relatum de moderanda Papia Poppœa, Tacite, Ann., III, XXV. (M.)
  2. Il les réduisit à la quatrième partie. Suétone, in Nerone, ch. X. (M.)
  3. Voyez le Panégyrique de Pline. (M.)
  4. Sévère recula jusqu’à vingt-cinq ans pour les males, et vingt pour les filles, le temps des dispositions de la loi Papienne, comme on le voit en conférant le Fragm. d'Ulpien, tit. XVI, avec ce que dit Tertulien, Apologet., ch. IV. (H.)
  5. P. Scipion, censeur, dans sa harangue au peuple sur les mœurs, se plaint de l'abus qui déjà s'étoit introduit, que le le adoptif donnoit le même privilège que le fils naturel. Aulug., liv. V, ch. XIX. (M.)
  6. Voyez la loi 31, ff. de ritu nupt. (M.)
  7. Auguste, par la loi Papienne, leur donna le même privilège qu’aux mères. Voyez Dion, liv. LVI. Numa leur avoit donné l’ancien privilège des femmes qui avoient trois enfants, qui est de n’avoir point de curateur. Plutarque, dans la Vie de Numa. (M.)
  8. Claude le leur accorda. Dion, liv. LX. (M.)
  9. L. Apud cum, ff. de manumisiomib. § 1. (M.)