Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome VI.djvu/56

Cette page n’a pas encore été corrigée


CXLIII DE L’OUE AU CHAPELEIN Bibl. roy. de Berlin, Mss. Hamilton 257, fol, 53 a à 53 c. ADis avint d’un chapelein, ’Qui ne fu ne fous ne vilein : Moutot à mengier et à boivre ’Sus la rivière de Suevre, Qui de poison est plenteïve. Le chapelein ot à non Ive, Por ce que ja ne se remue ; Une crasse oue avoit en mue ; C’est .1. oisel de prime vere. Or orrez ja con le provoire Fu bien servi de sa crasse oie, Com en avendra contrejoie. Li prestres a s’oue tuée ; Si a sa meschine mandée, Qui n’avoit pas la bouche amere. Il en ot fête sa commère Por coverture de la gent, Por ce qu’il la besoit sovent. Quant l’oe fu moût très bien cuite, A grant loisir et sanz grant luite,