Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome VI.djvu/44

Cette page n’a pas encore été corrigée


CXLI DU VILAIN QUI DONNA SON AME AU DEABLE [par Richart Bonier] Jibl. roy. de Berlin, Mss. Hamilton 257, fol. ’49 a à 5o a. R escoutez sanz fere estrif : II se fu ja .1. fol cheitif, Force qu’il n’iertpas amassez Et qu’il n’avoit deniers assez, Si fu si tristre et si marris Conques n’en pot estre garis ; Tant que il ot tant espié Con fust d’argent asazié : En coveitise fu enduit, Tanti penssa et jor et nuit Qu’il li sovient d’enchanteours Qui d’une vache funt .i. ours, D’entregetierres laronceaus Qui funt deniers de tessonceaus. Tant i pensa et mist son cuer Que il ne lessast à nul fuer Qu’il ne quesist ces bachelers. .1. jor monta sus ses soulers :