Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome VI.djvu/18

Cette page n’a pas encore été corrigée


CXXXIX DU PRESTRE TEINT [par Gautier | libl. roy. de Berlin, Mss. Hamilton 2 5 7 , fol . j 3 c à 1 5 d. L est bien droiz que je retraie, Puis que nus bons ne m’en deloie, D’une aventure que je sai [Qu’avint en l’entrée de mai ’A Orliens, la bone cité, Où j’ai par meinte foiz esté. L’aventure est et bone et bêle, Et la rime fresche et novele, Si con je la fis l’autre jour A Orliens où fui à séjour. Tant i sejornai et tant fui Que mon mantel menjai et bui Et une cote et .i. sercot. Moût i paie bien mon escot : Ne m’en doit riens demander l’oste Qui volentiers nos gens acoste ; A l’entrer lor fet bêle chiere : A Tessir est d’autre manière. Bien set conter quant qu’il i met, Neïs le sel qu’el pot remet;