Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome VI.djvu/157

Cette page n’a pas encore été corrigée


CLII DE CELUI QUI BOTA LA PIERRE (seconde rédaction) Paris, Bibl. nat., Mss. fr. 2173, fol. 78 v» à 79 r». I’a pas encor passé dis ans, [Que uns enfesmoutmedisans Au feu son père se seoit. ^Tout Testre sa mère veoit, Com ele aloit, com el venoit, Et com li prestres à lui parloit. Tant qu’il avint que li preudon, Qui sire estoit de la meson, Ala un jor en son labour. La dame qui ot le tabour A coi li prestres tabouroit. Que que li preudon labouroit, Fu soûle remese en maison, Fors tant san plus de l’enfançon, Qui n’avoit pas set anz, non sis; Mes moût fu sages, s’ert asis Au feu qui devant lui ardoit. De lui mie ne se gardoit