Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/97

Cette page n’a pas encore été corrigée


XCVI ESTULA Paris, Bibl. nat., Mss. fr. SS;, fol. 227 V*’ à 228 v*», et

52, fol. 5 I roà 5i v° ; Bibl. de Berne, Mss. Î54, 

fol. 116 r^ à 117 r°. I. estoient jadis dui frère • Sanz conseil de père et de mère, Et tout sanz autre compaignie; Povretez fu bien lor amie, Quar sovent fu en lor compaingne, Et c’est la riens qui plus mehaingne Cels entor qui ele se tient : Nus si granz malages ne vient. Ensamble manoient andoi Li frère, dont dire vous doi. Une nuit furent moût destroit De soif et de fain et de froit ; Chascuns de ces maus sovent tient A cels qui povretez maintient. .1. jor se pristrent à pensser Comment se porroient tensser Vers povreté qui les apresse ; Sovent lor fet sentir mesese.