Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/225

Cette page n’a pas encore été corrigée


Envis le fet et tost le lesse,
Et li prestre fist corte lesse ;
N'avoit soing de commander l'ame.
Par le poing a prise la dame;
D'une part vont en une açainte,
Desloïe l'a et desçainte :
Sor le fuerre noviau batu
Se sont andui entrabatu,
Cil adenz et cele souvine.
Li vilains vit tout le couvine,
Qui du linçuel ert acouvers,
Quar il tenoit ses ieus ouvers.
Si veoit bien l'estrain hocier,
Et vit le chapelain locier;
Bien sot ce fu li chapelains :
« Ahï ! ahï ! » dist li vilains
Au prestre : « Filz à putain ors !
Certes, se je ne fusse mors,
Mar vous i fussiez embatuz,
Ainz hom ne fu si bien batuz
Com vous seriez ja, sire prestre.
— Amis, » fet il, « ce puet bien estre,
Et sachiez se vous fussiez vis
G'i venisse mout à envis,
Tant que l'ame vous fust ou cors ;
Mès de ce que vous estes mors,
Me doit il bien estre de mieus.
Gisiez vous cois, cloez vos ieus :
Nes devez mès tenir ouvers. »
Dont a cil ses ieus recouvers ;