Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/224

Cette page n’a pas encore été corrigée


Par tens vous tornera au cuer.
— Couchiez me donques, bele suer, »
Fet il, « quant je sui si atains. »

Cele se haste, ne puet ains,
De lui deçoivre par sa jangle.
D'une part, li fist en .I. angle
.I. lit de fuerre et de pesas
Et de linceus de chanevas ;
Puis le despoille, si le couche :
Les ieus li a clos et la bouche,
Puis se lest cheoir sor le cors :
« Frere, » dist ele, « tu es mors :
Dieus ait merci de la teue ame !
Que fera ta lasse de fame
Qui por toi s'ocirra de duel ? »
Li vilains gist souz le linçuel,
Qui entresait cuide mors estre ;
Et cele s'en va por le prestre
Qui mout fu viseuse et repointe.
De son vilain tout li acointe
Et entendre fet la folie.
Cil en fu liez et cele lie
De ce qu'ainsi est avenu :
Ensamble s'en sont revenu,
Tout conseillant de lor deduis.

Lues que li prestres entre en l'uis
Commença à lire ses saumes,
Et la dame à batre ses paumes ;
Mès si se set faindre dame Erme
Qu'ainz de ses ieus ne cheï lerme ;