Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/168

Cette page n’a pas encore été corrigée


cv DE LA SORISETE DES ESTOPES BibI, de Berne, Mss. 35^, fol. i 75 r» à i 7$ v» et 56 r" à 57 r". ’près vos cont d’un vilain sot »Qui famé prist, et rien ne sot ’De nul déduit q’apartenist |A famé, se il la tenist, Conques entremis ne s’en fu ; Mais sa famé avoit ja seù Tôt ce que home sevent faire, Que, à la vérité retraire, Li prestes son boen en faisoit, Qant il voloit et li plaisoit. Et, que tant vint à icel jor Qjele asenbla à son seignor. Lors dist li prestes : « Doce amie, Je voil à vos, ne vos poist mie. Avoir à faire, s’il vos loist, Ainz que li vilains vos adoist. » Et celé dit : « Volantiers, sire, Que je ne vos os escondire; Mais venez tost et sanz demore, Qant vos savroiz qu’il sera ore, Ainz que mes sire l’orne face, Que perdre ne voil vostre grâce. »