Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/162

Cette page n’a pas encore été corrigée


Car cil doit bien la chose perdre
Qui folemant la let aerdre.
Atant Brifaus vient en maison ; [55]
Sa feme lou met à raison,
Si li demande des deniers :
« Suer, » fait il, « va à ces greniers ;
Si pren do blé et si lo vent,
Se tu viaus avoir de l'argent, [60]
Car certes jo n'en aport gote !
— Non, » fait ele, « la male goute
Te puist hui cest jor acorer !
— Suer, ce me doiz tu bien orer,
Et faire encor honte graignor. [65]
— Ha ! par la crois au Sauveor,
Qu'est donc la toille devenue ?
— Certes, » fait il, « je l'ai perdue.
— Si com tu as mençonge dite !
Te preigne male mort soubite. [70]
Brifaut, vos l'avez brifaudée,
Car fust or la langue eschaudée
Et la gorge par où passerent
Li morsel qui si chier costerent ;
Bien vos en devroit en devorer. [75]
— Suer, si me puist Morz acorer,
Et si me doint Dieus male honte,
Se ce n'est voirs que je vos conte. »
Maintenant Morz celui acore,
Et sa feme en ot pis encore, [80]
Que ele enraja tote vive.
Cil fu tost mors ; mais la chaitive