Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/161

Cette page n’a pas encore été corrigée


sozlieve de terre
Et mout près de son piz la serre ;
Si l'aqueust devant à sa cote, [25]
Près à près do vilain se frote
Qui enbatuz s'ert en la fole.
Brifaus en la presse se foule,
Et cil l'a bouté et sachié
Qu'à la terre l'a trebuchié, [30]
Et la toile li est chaüe,
Et cil l'a tantost receüe;
Si se fiert entre les vilains.
Quant Brifaus vit vuides ses mains,
Dont n'ot en lui que correcier, [35]
En haut commença à huchier :
« Dieux ! ma toille, je l'ai perdue,
Dame sainte Marie, aiüe !
Qui a ma toille ? Qui la vit ? »
Li lerres s'estut .I. petit, [40]
Qui la toille avoit sor son col ;
Au retorner lo tint pour fol,
Si s'en vient devant lui ester,
Puis dist : « Qu'as tu à demander,
Vilains ? — Sire, je ai bien droit [45]
Que j'aporte ci orendroit
Une grant toille ; or l'ai perdue.
— Se l'eüsses ausi cosue
A tes dras com je ai la moie,
Ne l'eüsses gitiée en voie. » [50]
Dont s'en vait, et lou lait atant,
Des sa toille fist son conmant,