Ouvrir le menu principal

Page:Montaiglon - Recueil général et complet des fabliaux des 13e et 14e siècles, tome IV.djvu/143

Cette page n’a pas encore été corrigée


c

DE LA DAME

QUI FIST BATRE SON MARI

Bibl. de Berne, Mss. 3 54, fol. 78rOà8ovO.

UNE avanture moût cortoise
Vos voil conter, d’une borjoise ;
«Née et norie estoit d’Orliens,
iEt ses frères estoit d’Amiens :
Riches hom ert à desmesure ;
De marchaandise d’usure
Savoit toz les torz et les poinz;
Qanqu’il pooit tenir as poinz
Estoit moût fermemant tenuz.
De Normandie sont venuz
Quatre Normanz, clers escoliers :
Lor sas portent conme coliers’,
Dedanz lor livres, et lor dras;
Moût estoient mignoz et gras,
Cortois, chantant et envoisiez
Et en la vile bien prisiez,
O il avoient ostel pris.
Un en i ot de graignor pris,
Qui moût enta chiés ,i. borjois;
Sel tenoit an à moût cortois,