Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/83

Cette page n’a pas encore été corrigée


les lettres, le journalisme, le théâtre, la politique ou même l’Église. À côté de ceux que je citais tout à l’heure, qu’il me suffise de nommer Challemel-Lacour, Chassang, Assolant, Aubé, Perraud, Ferry, Weiss, Yung, Belot, Gaucher, Gréard, Prévost-Paradol, Levasseur, Villetard, Accarias, Boiteau, Duvaux, Crouslé, Lenient, Tournier.

Taine eut, dès le premier jour, une place à part au milieu d’eux. Non qu’il cherchât à se singulariser ou à faire sentir sa supériorité ; ses maîtres et ses camarades s’accordent à vanter sa douceur, sa modestie, sa complaisance, sa gaieté ; mais il inspirait, par son caractère et par son intelligence, un sentiment que des jeunes gens, enfermés dans une école, éprouvent rarement pour un compagnon d’études : un respect affectueux. On sentait confusément qu’il y avait en lui quelque chose de particulier, d’unique, qui le mettait à part et au-dessus de tous. Il arrivait à l’École avec une érudition auprès de laquelle tous se sentaient des ignorants, et pourtant on voyait ce grand bûcheron, pour me servir de l’expression d’About, peiner comme s’il avait tout à apprendre. Il joignait à une rigoureuse méthode dans son infatigable labeur, une facilité merveilleuse en