Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/67

Cette page n’a pas encore été corrigée


n’admet d’autre source de certitude que la science, mais en même temps elle n’a pu se résoudre, comme le voudrait le positivisme, à ne pas réfléchir et à se taire sur ce qu’elle ignore. Elle aime à jeter la sonde dans l’océan sans fond de l’inconnaissable, à prolonger dans l’infini les hypothèses que lui suggère la science, à s’élever sur les ailes du rêve dans le monde du mystère. Elle a le sentiment que, sans la foi ou l’espérance en des réalités invisibles, la vie perd sa noblesse et elle éprouve pour les héros de la vie religieuse, pour les âmes mystiques du passé, un attrait et une tendresse faits de regrets impuissants et de vagues aspirations. Renan a été l’interprète de cet état d’âme et il a contribué à le créer. Personne, n’a plus nettement, plus sévèrement que lui affirmé les droits souverains de la science, seule source de certitude positive, la nécessité d’y chercher une base suffisante pour la vie sociale et la vie morale ; personne n’a plus résolument exclu le surnaturel de l’histoire. Mais en même temps il a pieusement recueilli tous les soupirs de l’humanité aspirant à une destinée plus haute que celle de la terre ; il a recréé en lui l’âme des fondateurs de religions, des saints et des mystiques ; il a proposé et s’est proposé