Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/65

Cette page n’a pas encore été corrigée


d’histoire littéraire sont admirables de méthode et de précision critique. Sa connaissance profonde du passé unie au don de le faire revivre par la magie de son talent littéraire a fait de lui un incomparable historien. C’est là sa gloire par excellence. Dans un siècle qui est avant tout le siècle de l’histoire, où les littératures, les arts, les philosophies, les religions nous intéressent surtout comme les manifestations successives de l’évolution humaine, Ernest Renan a eu au plus haut degré les dons et l’art de l’historien. Il est en cela un représentant éminent de son temps. On peut dire qu’il a élargi le domaine de l’histoire, car il y a fait entrer l’histoire des religions. Avant lui c’était un domaine réservé aux théologiens, qu’ils fussent du reste rationalistes ou croyants. Il a le premier traité cette histoire dans un esprit vraiment laïque et l’a rendue accessible au grand public. L’Église n’a pas eu tort de voir en lui le plus redoutable des adversaires. Malgré son respect, sa sympathie même pour les choses religieuses, il portait les coups les plus graves à l’idée de surnaturel et de révélation en faisant rentrer l’histoire des religions dans l’histoire générale de l’esprit humain. D’un autre côté, il répandait partout la curiosité