Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/56

Cette page n’a pas encore été corrigée


sans raideur et sans orgueil, qui ne prétendait point se donner en modèle aux autres. Son optimisme n’était point la satisfaction béate de l’homme frivole, mais l’optimisme volontaire de l’homme d’action qui pense que, pour agir, il faut croire que la vie vaut la peine d’être vécue et que l’activité est une joie. Personne n’était plus foncièrement bienveillant, serviable et bon qu’Ernest Renan, bien qu’il se soit accusé lui-même de froideur à servir ses amis. Personne n’a été plus scrupuleux observateur de ses devoirs, devoirs privés et devoirs professionnels, fidèle jusqu’à l’héroïsme aux consignes qu’il s’était données, n’acceptant aucune fonction sans en remplir toutes les obligations, s’imposant à la fin de sa vie les plus vives souffrances pour accomplir jusqu’au bout ses fonctions de professeur. Cet homme en apparence si gai avait depuis bien des années à supporter des crises de maux physiques très pénibles. Il ne leur permit jamais de porter atteinte à l’intégrité de sa pensée ni d’entraver l’accomplissement des tâches intellectuelles qu’il avait assumées. C’est dans les derniers mois de son existence que ce stoïcisme pratique se manifesta avec le plus de force et de grandeur. Il avait souvent exprimé le vœu