Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/53

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V


Dans cet épanouissement de toutes ses facultés pensantes et agissantes, favorisé par sa triple vie de savant, d’homme du monde et d’homme de famille, Ernest Renan se sentait heureux, et cette joie de vivre et d’agir lui avait inspiré un optimisme philosophique qui semblait, au premier abord, peu conciliable avec l’absence de toute certitude, de toute conviction métaphysique et religieuse. On était étonné et un peu scandalisé de voir l’auteur des Essais de critique et de morale, celui qui avait écrit des pages inoubliables sur l’âme rêveuse et mélancolique des races celtiques, qui avait