Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


deur et les services qu’elle avait rendus et qu’elle rendait encore au monde, il sentit, non sans douleur, se relâcher presque jusqu’à se briser le lien moral qui l’attachait à l’Allemagne, mais sans renier jamais la dette de reconnaissance contractée envers elle, sans chercher jamais à rabaisser ses mérites et ses vertus. On trouvera l’expression éloquente de ses sentiments dans ses lettres au docteur Strauss, écrites en 1871, dans son discours de réception à l’Académie française et dans sa lettre à un ami d’Allemagne de 1878. En même temps, une évolution se produisait dans ses conceptions politiques. Aristocrate par tempérament, monarchiste constitutionnel par raisonnement, il se trouvait appelé à vivre dans une société démocratique et républicaine. Convaincu que les grands mouvements de l’histoire ont leur raison d’être dans la nature même des choses et qu’on ne peut agir sur ses contemporains et son pays qu’en en acceptant les tendances et les conditions d’existence, il sut apprécier les avantages de la démocratie et de la République sans en méconnaître les difficultés et les dangers.

Ernest Renan était désormais en pleine possession de son génie, de son originalité, et