Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/46

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tombé, que sa chaire lui fut rendue. Ses cours, commencés au milieu même du siège de Paris, ont toujours eu un caractère strictement scientifique et philologique qui en écartait le public frivole et ne les rendait accessibles qu’à un petit nombre de véritables élèves, alors qu’il lui était si aisé d’attirer la foule à ses cours, rien qu’en y professant ces livres avant de les publier ; il dédaigna toujours ces succès faciles et ne songea qu’à faire progresser la science qu’il était chargé d’enseigner. Il devint, en 1883, l’administrateur respecté du grand établissement scientifique dont il avait été chassé comme indigne vingt ans auparavant. Lancé, par la publication de la Vie de Jésus, dans la lutte religieuse, attaqué avec violence par les uns, défendu et admiré avec passion par les autres, ayant à souffrir souvent de la vulgarité de certains admirateurs, E. Renan ne s’abaissa point à la polémique ; il ne permit point que la sérénité de sa pensée fut altérée par ces querelles[1], et il continua à par-

    cabinet est bien petit ; quand il faudra, j’en prendrai un autre. Je veux qu’aucune personne de celles qui ont vraiment besoin pour leurs travaux de cet enseignement, n’en soit privée. Je crois d’ailleurs l’expérience bonne à faire au point de vue de la liberté générale de l’enseignement. »

  1. Il écrivait le 24 août 1863, au plus fort des attaques : « Ma