Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/42

Cette page n’a pas encore été corrigée


de la prose française, E. Renan a gravé pour la postérité l’image de cette femme supérieure et dit avec une éloquence poignante ce que sa perte fut pour lui.