Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/28

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



I


Rien de plus uni et de plus simple que la vie d’Ernest Renan. Elle a été tout entière occupée par l’étude, l’enseignement, les joies de la famille. Ses seules distractions ont été quelques voyages et les plaisirs de la causerie dans des dîners d’amis et dans quelques salons. Si, à deux reprises, en 1869, aux élections législatives de Seine-et-Marne, et en 1876, aux élections sénatoriales des Bouches-du-Rhône, Ernest Renan sollicita un mandat politique, il y fut poussé par l’idée qu’un homme de sa valeur a le devoir de donner une partie de son temps et de ses forces à la chose publique,