Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


livres marqueront une date capitale dans l’évolution de la critique historique. Personne n’a jamais eu au même degré que lui, le sens de l’histoire. Il a rompu en visière avec ce pédantisme de la critique qui prétend trancher les questions les plus complexes avec des données incomplètes, au nom de règles absolues dont l’expérience à maintes fois démontré la fragilité. Les hommes ont un si grand besoin de certitude qu’ils ne sont pas éloignés de traiter comme un malfaiteur celui qui leur interdit à la fois d’affirmer et de nier, et qui recommande le doute comme un devoir. Renan n’a pas craint de dire et de montrer qu’il y avait des degrés infinis de vraisemblance, mais que le domaine de la certitude était extrêmement restreint ; et que toutes les choses que nous souhaiterions le plus de savoir sont en dehors de ce domaine. Il n’a pas craint, après avoir ainsi tout remis en question, de tenter de reconstituer l’histoire du passé telle qu’il pouvait se l’imaginer, parce que l’homme a besoin d’imaginer, comme il a besoin de croire, et parce que ce qu’il imagine comme ce qu’il croit contient une vérité provisoire et partielle. On a dit de Mérimée qu’il fut dupe de la prétention de n’être jamais dupe. On peut dire de Renan qu’il n’a jamais été dupe parce qu’il a consenti à être dupe volontairement. Et c’est ainsi qu’il a pu être tout à la fois un artiste incom-