Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’art et de la conjecture. Renan, qui s’est montré, lui aussi, dans son œuvre historique, un créateur et un peintre d’une merveille puissance, me paraît surtout grand pour avoir, avec une pénétration et une sincérité sans égales, déterminé les vrais caractères et les vraies conditions de la critique historique. Il a circonscrit le domaine où la critique historique et l’observation scientifique peuvent opérer à coup sûr, d’après des règles positives ; mais il a osé dire qu’en dehors de ce domaine, il entre dans la critique elle-même une part de subjectivisme, un élément de tact, de divination et d’art. Ses adversaires ne manquent pas de l’accuser d’introduire la fantaisie et l’arbitraire dans l’histoire ; ils ne voient pas dans ses hypothèses ce qui s’y trouve en effet, le scrupule d’un esprit sensible à toutes les nuances de la vérité, qui saisit avec une extraordinaire délicatesse tout ce qu’il y a d’incertain, non seulement dans les documents de la tradition historique, mais aussi dans la critique qu’on leur applique, et qui accorde plus de certitude aux caractères généraux d’une époque qu’aux faits particuliers. Ceux-ci n’ont qu’une valeur symbolique pour ainsi dire, en ce qu’ils caractérisent un état social ou un état d’âme. Personne n’a apporté autant de tact et de sagacité que Renan dans cette divination critique du symbolisme de l’histoire, et nous croyons que ses