Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme une chaîne infinie de causes et d’effets. Il reconnaît sans doute que l’histoire, comme toutes les sciences morales, est une science inexacte et ne comporte que des approximations, mais il se laisse pourtant aller à tenter des explications simples de phénomènes complexes et à affirmer au nom de la logique mathématique dans un domaine où la vie dément constamment la logique. Toutefois, si, entraîné par ses convictions déterministes, Taine a parfois, par ses simplifications excessives et ses affirmations trop absolues, mutilé la nature humaine et desséché les choses vivantes, il a pourtant montré dans quelles conditions l’histoire peut devenir une science et quelle méthode on doit suivre pour découvrir ce qu’elle peut fournir à la science et à la philosophie. Car c’est le mérite éminent de Taine d’avoir identifié la notion de science et celle de philosophie. Il est vraisemblable que l’histoire deviendra difficilement une science au sens propre du mot, et qu’elle devra se borner à des généralisations philosophiques partielles ; mais elle doit être pénétrée d’esprit scientifique, et elle aura un caractère d’autant plus scientifique qu’elle se rapprochera davantage de l’idée que Taine s’en est faite.

C’est la critique qui permettra de discerner en quelque mesure dans l’histoire ce qui peut être objet de science de ce qui restera du domaine de