Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


science assez solide et une intuition assez spontanée du passé pour que ce qu’il y avait de flottant et d’insuffisant dans ses conceptions philosophiques ne paralysât pas sa puissance créatrice. Son instinct profond de la vie, sa puissance de sympathie, ses dons de visionnaire, lui ont permis d’imaginer et de montrer les hommes et les choses du passé avec des couleurs qui donnent l’illusion de la réalité. Il est le seul des romantiques chez qui la couleur locale ne soit pas le trompe-l’œil d’un décor, mais l’évocation d’êtres vivants, de choses réelles. Michelet a développé chez tous les historiens venus après lui le sens de la vérité historique ; Renan et Taine en particulier ont subi profondément son influence.

Si, comme Michelet, Taine a pour but de faire revivre le passé, ce n’est point à des procédés subjectifs de divination qu’il demande cette résurrection. Il croit que la vie sous toutes ses formes, vie morale et intellectuelle comme vie physique, a ses lois ; et c’est la découverte, puis la mise en action de ces lois qu’il assigne comme mission à l’historien. Il croit à une statique et à une dynamique sociales, à une anatomie, à une physiologie et même à une pathologie de l’histoire ; il pense que les hommes comme les actions des hommes sont des produits nécessaires, et il voit toute l’histoire