Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/196

Cette page n’a pas encore été corrigée


humaine et vivante. Malgré la passion qui anime souvent ses récits et ses portraits, il a ici encore servi la science et la vérité.

J’ai cru ne pouvoir mieux rendre hommage à ce libre, vaillant et sincère esprit, à cet amant passionné du vrai, qu’en cherchant à caractériser les traits essentiels de sa vie, de son caractère, de son œuvre et de son influence en toute franchise. Il me semblait que j’aurais manqué de respect envers sa mémoire en usant envers lui de ces ménagements d’oraison funèbre qu’il a tenu à écarter de son cercueil. Mais j’aurais bien mal rendu ce que je pense et ce que je sens si je n’avais pas su exprimer mon admiration reconnaissante pour un des hommes qui, dans notre temps, par le caractère comme par le talent, ont le plus honoré la France et l’esprit humain. Je ne puis mieux dire ce que j’ai éprouvé en le voyant disparaître qu’en m’associant à ce que m’écrivait un de mes amis en apprenant la fatale nouvelle :

« La disparition de cet esprit, c’est une forte et claire lumière qui s’efface de ce monde. Jamais personne n’a représenté avec plus de vigueur l’esprit scientifique ; il en était comme