Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/16

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


livre où le plus inspiré des poètes trouvait son vrai critique chez un poète dont l’âme est parente de la sienne. Le même sentiment m’a guidé dans ces esquisses plus modestes, sur Renan, Taine et Michelet. J’ajouterai que ma sympathie et ma reconnaissance pour ces trois hommes également et diversement grands, se mêlent d’une nuance plus marquée d’admiration pour Renan, pour Taine de respect, et pour Michelet d’affection.