Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et bienfaisantes qu’il est le plus nécessaire d’insister ? Les influences nuisibles n’ont d’ordinaire qu’un temps ; les influences bienfaisantes sont éternelles. C’est l’honneur de la critique scientifique de notre siècle d’avoir su sympathiser avec les esprits les plus divers pour les mieux comprendre, d’avoir cherché à expliquer et à légitimer par conséquent, dans une certaine mesure, en les expliquant, leur manière de sentir et de penser. Que dirait-on aujourd’hui d’un critique qui jugerait Calvin d’après les piétistes étroits et déplaisants qui se réclament de lui, Rabelais d’après les chroniqueurs orduriers qui se disent rabelaisiens, Racine d’après Campistron, Voltaire d’après M. Homais ? qui reprocherait à Bossuet de n’avoir pas conçu l’histoire universelle comme Herder ou Auguste Comte, et à Pascal d’avoir eu pour disciples les convulsionnaires de Saint-Médard ? S’attacher surtout à mettre en lumière les côtés lumineux du génie des grands penseurs et des grands artistes, et montrer de préférence ce qu’ils ont ajouté aux jouissances esthétiques et aux richesses intellectuelles et morales de l’humanité, c’est faire acte d’équité. Lorsqu’il s’agit de contemporains à qui l’on doit le meilleur de sa pensée, c’est un devoir de reconnaissance. Tu en as ainsi jugé quand tu as écrit sur Lamartine un