Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/147

Cette page n’a pas encore été corrigée


térature et à l’art ; mais il n’allait pas apporter, à cette tentative nouvelle, tout à fait le même esprit. Sans doute, il procédera toujours en philosophe et en savant ; il pensera toujours que faire de la science est la meilleure manière de faire de la politique ; mais ce ne sera plus de la science absolument désintéressée. Il ne pourra plus dire, comme autrefois, qu’il a fait deux parts de lui-même, et que l’homme qui écrit ne s’inquiète pas si l’on peut tirer de la vérité des effets utiles, ignore s’il est célibataire ou marié, s’il existe des Français ou non. L’homme qui écrit sera désormais un Français, marié, qui s’inquiète pour ses concitoyens et pour ses enfants des destinées de la patrie, et qui songe à lui être utile, en lui révélant les causes des maux dont elle est travaillée. Il ne sera plus un naturaliste qui décrit avec une curiosité également amusée des monstres ou des êtres normaux, les ravages des tempêtes ou le retour régulier des marées ; il sera un médecin au lit d’un malade, épiant les symptômes du mal, anxieux d’en diagnostiquer la nature et désireux de le guérir. Il est trop modeste pour s’imaginer qu’il possède le remède, mais il croit fermement que la science le découvrira. Pour lui, il sera satisfait s’il a