Ouvrir le menu principal

Page:Monod - Renan, Taine, Michelet, 1894.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


luttes religieuses et politiques ont exercée sur la sérénité et l’équilibre de sa pensée. J’ai indiqué comment Renan, trop sensible à la crainte de paraître juger autrui ou imposer ses opinions alors qu’il avait rejeté la foi absolue et l’autorité sacerdotale, trop désireux de poursuivre les nuances infinies de la vérité, trop porté par sa nature à un optimisme et à une bienveillance universels, avait encouru le reproche de tomber dans le dilettantisme, et avait engendré des imitateurs dont le scepticisme superficiel, raffiné et pervers a rendu haïssable ce qu’on appelle le Renanisme. J’ai laissé voir que chez Taine il y avait quelque désaccord entre la hardiesse de sa pensée et la timidité de son caractère, et que ce désaccord pouvait expliquer quelques uns de ses jugements historiques ; que ses convictions déterministes et la puissance logique de son esprit lui ont fait méconnaître ce qu’il y a de complexe, de mystérieux, d’insaisissable dans la nature et dans l’homme ; qu’il a trop cru à la possibilité de réduire à des classifications fixes et à des formules simples l’histoire et la vie ; qu’il a pris trop souvent la clarté et la logique d’un raisonnement pour une preuve suffisante de sa justesse ; qu’il a eu enfin, lui aussi, dans les écrivains naturalistes et matérialistes de ces dernières années