Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



louise.

Tu ne m’en veux pas, cher trésor, des jolies petites choses que je me suis permises ?…


henriette.

Je serais bien ingrate… Et la preuve c’est que je vais te rendre la pareille…


louise.

Mets-toi bien à ton aise, mon Henriette.