Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



henriette.

Et cela grâce à vous !…


louise.

Nous n’avons donc plus froid à nos gentils petits petons ?


henriette.

Plus du tout. — Que vous êtes bonne, et comme vous me gâtez !…


louise.

Non, je vous traite comme une