Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/51

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



henriette.

Moi, je la trouve odieuse ; d’autant plus odieuse qu’ils savaient parfaitement que nous arrivions aujourd’hui. Mais non ! ces messieurs n’ont pas voulu remettre leur partie. Ils s’en sont allés chasser, emmenant tout ce qu’il y avait d’hommes au château, ne prenant aucun souci de nous, et qui sait si, dans l’abandon où ils nous laissent, des gens mal intentionnés ne vont pas profiter de l’occasion pour nous sur-