Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reste, il ne m’inspire aucune confiance…


louise.

Pauvre chère petite madame !


henriette.

C’est au point que, souvent, quand il m’arrivait de vouloir l’embrasser… j’en avais grande envie…


louise.

Eh bien ?…