Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



louise.

Le silence est profond. Vous n’avez pas peur ?


henriette.

Peur ! de quoi ? — Comme il doit être tard !…


louise.

Jamais on ne couche ici. Que je souffre donc de vous savoir si froid aux pieds !


henriette.

J’en ai l’habitude.