Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



louise.

Vraiment !


henriette.

Je me demandais si je me mettrais à table… Tout-à-fait mal à mon aise !


louise.

Pourquoi n’en avoir rien dit ?


henriette.

Je n’ai point osé.


louise.

Vous avez eu tort.