Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



louise.

Je n’en fais jamais.


henriette.

J’avais une frayeur… mais une frayeur atroce, que cette fille restât ici.


louise.

Toutes les fois qu’il m’est arrivé de faire coucher ma femme de chambre dans mon voisinage, toujours il m’a été impossible de dormir.