Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



henriette.

Enfonce-la bien, comme un vit !… oui, oui, je la sens !…


louise.

Un vit, un gros vit… Une grosse pine… ta grosse pine !… Comme je te voudrais une grosse pine à moi, à moi toute seule !… que n’en as-tu une ! Ta pine, je la sucerais !…


henriette.

Roulons-nous dans nos bras… serre-moi, serre-moi bien !