Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/122

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sent… qui raidissent comme des pines !… J’en décharge… j’en dé… dé…charge… Ah ! ah ! je suis morte… mor…te…


henriette.

Marions-les, nos deux langues qui nous ont rendues si heureuses.


louise.

Mamie, nous pinons sans piner…


henriette.

Je suis rompue.