Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



louise.

Pourquoi ne sucerai-je point le tien ? Attends que je m’y mette… J’y suis !…


henriette.

Je n’ai jamais tant désiré une pine !…


louise.

Écarte bien mes lèvres avec tes doigts pour bien faire entrer ta langue, comme je te le fais… Bien, bien… va vite, va vite !… Bien…