Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/100

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelqu’un qui me comprît comme tu m’as comprise, chère bonne !…


louise.

Que désirais-tu, mamie, dis-le moi, je t’en prie ; que désirais-tu ?


henriette.

Te baiser partout, comme je te baise… C’est la bouche que je voulais baiser, tes yeux, ta gorge, tout, comme je le fais…