Page:Monnier - Deux gougnottes, 1864.djvu/10

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Comment aurions-nous peur dans un château-fort comme celui-ci ? Car ce n’est pas une de ces maisons de campagne comme on en voit tant, si légères qu’un coup de vent les renverse… Nous sommes à l’abri de tout, ici, certainement.


Mme laveneur

Mais ce château n’a-t-il pas soutenu plusieurs sièges, autrefois ?


Mme de fremicourt

Je l’ai entendu dire, en effet.