Page:Monavon - Le Sourire de la beauté, paru dans Le Passe-Temps, 27 août 1893.djvu/4

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’aurore étincelle et rougit,
Comme la vierge couronnée
Pour l’hyménée,
Nous disons que le ciel sourit…

Ciel, terre et mer, oui, tout respire
Joie et sourire,
Lorsque le doux printemps fleurit…
Jeune belle ! Mais rien au monde,
Au ciel, sur l’onde,
Avec ta grâce ne sourit !…

Gabriel Monavon.